Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:13

 

 

Jeux d’Asie. Jeux traditionnels à réaliser et à partager, Madame Gigogne en Chine,

Valérie Karpouchko, Le Sablier Jeunesse, 2011, collection A toi de jouer, 29 pages,
Albine Sueur (texte et narration), Michel Montoyat (musique), 36 min 03 sec

 

 

L’ouvrage est très intéressant, mais il n’y a pas de véritable complémentarité entre l’album et le CD, ce qui pose problème. Le lien est thématique. L’album présente des jeux d’Asie, le conte est chinois. On ne peut pas les exploiter conjointement. Le CD peut seulement être considéré comme un prolongement de la découverte d’autres cultures que constitue la découverte de jeux venus d’Asie : il permet justement de souligner leur dimension culturelle.

 

L’album a été publié antérieurement seul. Le conte du CD n’est pas édité par ailleurs. Il correspond à un spectacle d’Albine Sueur, comédienne, conteuse et marionnettiste : le CD restitue bien la dimension théâtrale de l’interprétation qui devrait séduire les enfants et les aider à suivre les péripéties complexes, malgré l’absence de support écrit.

 

L’album

Il explique 10 jeux variés d'énigme, de réflexion et de stratégie et le jeu solitaire d’origami : Go ; Gomoko ninuki ; Doushou qi ; Xiang qi ; Shap luk kon tseung kwan ; Tangram ; Pachisi ; Bagh chal - le mouvement du tigre ;  Perali koyuma : Moksha patamu ou échelles et serpents ; Origami.

Il s’ouvre  sur une carte de l’Asie (sans que les différents pays soient indiqués, ce qu’on peut regretter), et 3 pages d’introduction qui, après avoir situé la passion du jeu de l’Asie, donnent le mode d’emploi du livre et quelques conseils pratiques pour fabriquer les plateaux de jeu et les pions.

Pour chaque jeu  sont donnés le contexte historique (« La petite et la grande histoire »), le matériel nécessaire, le nombre de joueurs et la difficulté, le but du jeu, la règle et le déroulement, et éventuellement des astuces et des tactiques. Les règles sont simples à comprendre, les illustrations éclairantes, ce qui donc de jouer en famille ou entre amis : activité ludique mais aussi éducative, qui peut aussi être pratiquée dans les activités périscolaires.

 

 

Le CD

Ce conte, à la fois initiatique et étiologique, aux résonances sociales, est une réussite totale, ce qui fait d’autant plus regretter l’absence de support écrit (et de découpage en plusieurs plages du CD) dans le cadre d’un usage familial . Mais une exploration en classe peut être faite : l’intérêt des enfants pour le conte peut motiver une recherche documentaire plus approfondie et des travaux de restitution orale ou écrite.

Dans le Sseu-Tch’ouan, contrée des Mille lacs ou Mille larmes, un Seigneur de guerre, Sombre Dragon, terrorise tous ses sujets, tuant ceux qui désobéissent. Seul Wen P’eng, dont le père a été tué par Sombre Dragon, ose l’affronter. Comme sa mère est invalide et qu’ils n’ont même pas un lopin de terre, il pêche dans la crique des dragons d’or. Un jour, alors qu’il rentre, il croise Sombre Dragon qui l’arrête, bien que la crique ne lui appartienne pas. Wen P’eng combat vaillamment celui qui apparaît dès lors comme un véritable dragon. De retour chez lui, il minimise ses blessures devant sa mère qui, effrayée à la pensée de le perdre, lui interdit de pêcher et lui raconte l’histoire de Méduse. Celle-ci, autrefois fidèle dame de compagnie de Sombre Dragon, doit traverser la mer pour aller chercher de la cervelle de singe vivant, laquelle aurait la vertu de rendre le plus beau. D’une bêtise fort comique, elle est bernée par le singe et subit la colère de son maître, ce qui explique sa forme actuelle et son pouvoir urticant, vengeance exercée contre les singes et leurs cousins, les hommes.

Wen P’eng désobéit pourtant et pêche un poisson qui parle, « Princesse Poissonne Polissonne ». Pour le remercier de l’avoir libérée, la fille du roi des dragons d’or lui donne une perle, qui se révèle magique : elle multiplie grains de riz, gâteaux, pièces de monnaie. Désobéissant toujours, le jeune garçon décide de partager ce pouvoir avec les paysans afin que tous soient libérés du joug du tyran.
La colère de Sombre Dragon est terrible : il dévore un enfant pour obtenir la révélation de l’origine de la richesse. Mais lorsque la mère de Wen P’eng s’apprête à donner la perle, ce dernier l’avale et se transforme en dragon d’or. Du combat acharné entre les deux dragons, entre le Bien et le Mal, le Bien sort vainqueur : le dragon d’or est blessé à mort mais tue sombre Dragon ; l’enfant avalé vivant est ainsi libéré.
C’est alors qu’apparaît Princesse Poissonne Polissonne : elle soigne le blessé et tous deux s’envolent dans le ciel, devant la mère en pleurs. Sept larmes tombent des yeux du dragon d’or, sept larmes qui deviennent sept nouveaux lacs de la province de Sseu-Tch’ouan.

 

Episodes comiques, terrifiants, merveilleux et poétiques tiennent en haleine. Albine Sueur campe chaque personnage tant dans son allure que dans ses intonations caractéristiques. Elle s’est inspirée de contes traditionnels, de même que Michel Montoyat a composé une musique inspirée de la musique chinoise traditionnelle, qui s’entrelace avec le récit ou ponctue les péripéties dont elle respecte la tonalité propre. L’ensemble a la vertu d’inciter les enfants à jouer certains épisodes, celui de la Méduse et du Singe  notamment (expérience faite avec mes petits-enfants de 8 et 9 ans).

 

Bilan

Un ouvrage à partager en famille avec des enfants à partir de cinq-six ans.
L’album est aussi un outil précieux pour les centres de loisir ou l’accompagnement extrascolaire. En classe, le conte, plus particulièrement, est une bonne incitation à découvrir la culture chinoise, tant dans un cadre disciplinaire que dans des activités transdisciplinaires. Il peut efficacement motiver la lecture de recueils de contes chinois, l’écoute de musiques traditionnelles, le jeu théâtral (avec ou sans marionnettes), la composition d’illustrations libres ou elles aussi inspirées de peintures traditionnelles.

 

 

Liens
-
Présentation de l’éditeur : http://www.lesablier-editions.com/fileadmin/PDF/argu_jeux_d_asieOK.pdf
- Conte chinois Les larmes, qui a pu inspirer Albine Sueur : http://membres.multimania.fr/defrederique/asie/textechine/leslarmes.htm

- Bibliographie sur Ricochet : La Chine pour la jeunesse : contes de la Chine traditionnelle :

http://www.ricochet-jeunes.org/public/fichiers/bibliochine.pdf  (8 pages, format PDF)

 

 

 

Vous pouvez consulter la sélection de livres CD de l’association Croqu’livre – Centre Régional de ressources en littérature de jeunesse.

Cette liste, plutôt d’une sélection, est une analyse de la production par un groupe lecture qui se réunit régulièrement. Tous les titres sont repris, ceux que l’on aime et les autres…

http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php?rubrique196

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Besoins éducatifs particuliers
  • : Notices bibliographiques, sélection de nouveautés pouvant intéresser tous ceux qui ont en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers : les professionnels de l’éducation, leurs partenaires et/ou les parents.
  • Contact

Recherche

Liens