Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 15:23

 

 

                            L'histoire du soldat, 

Stravinsky (compositeur), Ramuz (auteur), Denis Lavant (interprète), orchestre de la garde républicaine, Nathalie Novi (illustratrice), Agnès Terrier (commentaires), Disier Jeunesse, collection Contes musicaux, avril 2011, 48 pages, 67 min 32 sec 

 

 

 

 

Le conte

Charles-Ferdinand Ramuz s’inspire d’un vieux conte russe recueilli par Alexandre Afanasiev : Le Déserteur et le Diable. Joseph Dupraz, un pauvre soldat en permission, accepte de vendre à un vieil homme mystérieux son violon (son âme) en échange d’un livre qui permet de lire l’avenir et de s’enrichir. Lorsqu’il arrive dans son village trois ans après, tous le prennent pour un revenant et s’enfuient. Le Diable révèle alors sa vraie nature, réduisant le soldat en marionnette immensément riche mais solitaire et malheureux. Lorsque le hasard lui fait retrouver son violon, il abandonne tout pour reprendre la route. Au moment où il s’apprête à tenter sa chance auprès de la fille d’un roi malade, il affronte encore le Diable dans un combat sans merci. Il sort vainqueur, du moins provisoirement : il connaît l’amour auprès de la princesse, jusqu’au jour où il accepte d’emmener celle-ci dans son village. Ce voyage cause sa perte : le Diable triomphe de l’amour et de l’idéalisme.
L’adaptation du conte russe traditionnel est marquée par l’influence du Faust de Goethe, mais c’est la force de l’art qui s’oppose au faux bonheur et à la fausse puissance de l’argent. Les circonstances historiques de l’écriture, « l’enfer » de la guerre de 1914-1918 qui broie impitoyablement les individus et leurs illusions, impriment également leur marque : l’œuvre musicale est jouée une première fois en 1918 et publiée en 1920. C’est la sixième version, pour un récitant et trois personnages (le soldat, le Diable et la princesse), version nécessitant peu d’instrumentistes et de décors qui a été représentée : le style « naïf » et populaire du conte se trouve ainsi sauvegardé.

 

L’album

- Texte :

Il ne s’agit pas du conte de Ramuz, ce qu’on peut regretter : la lecture préalable du conte permettrait en effet de préparer l’écoute de l’œuvre dont le début notamment peut dérouter de jeunes enfants. Il s’agit du résumé des différentes scènes, sous la forme de titres, et des commentaires correspondants de la dramaturge Agnès Terrier. Ces derniers, très synthétiques, éclairent non seulement des aspects de la mise en scène, mais aussi des aspects musicaux, mythiques, symboliques, proposent des comparaisons… Les deux dernières pages retracent les grandes lignes de la collaboration de Ramuz et de Stravinsky et présentent l’orchestre de la garde républicaine. Tous ces commentaires demandent à être lus après l’écoute du CD, laquelle peut être associée à la contemplation des illustrations.

- Illustrations :
Les illustrations pleine page de Nathalie Novi sont donc conçues comme l’équivalent de la contemplation des décors au cours des représentations. Certaines sont commentées par Agnès Terrier : le Diable en marionnettiste. Si elles ont de réelles qualités plastiques, trop « jolies » (trop « élégantes » ?), elles ne sont pas à la hauteur de l’intensité dramatique, de la violence de l’affrontement du soldat et du diable. Ce n’est d’ailleurs pas très surprenant dans la mesure où une partie d’entre elles ne sont que des variantes d’illustrations de l’album La flûte enchantée (chez Didier jeunesse également ; voir Croqu’livre http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php?rubrique196) : représentations du soldat et du prince, du Diable et de Papageno. Comme dans la plupart des albums de Nathalie Novi, les silhouettes, dans un décor restreint, ne laissent pas voir les visages ou du moins ceux-ci sont inexpressifs. Les illustrations les plus intéressantes sont les doubles pages plus créatives, qui montrent par exemple les chevaux en plein envol.


Le CD

Le CD est évidemment essentiel pour cette musique de scène qu’Igor Stravinsky a composée sur le texte de Ramuz, et qui est exécutée par sept instrumentistes : violon, contrebasse, basson, cornet à pistons, trombone, clarinette et percussions. L’œuvre comporte plusieurs courts tableaux qui peuvent assez facilement être appréhendés dans leur spécificité par les enfants, même si le début assez abrupt peut les dérouter. Chaque tableau est bien caractérisé, comme autant de gravures anciennes. Diverses danses sont présentes : danses populaires russes mais aussi danses urbaines contemporaines, tango et ragtime. L’interprétation de l’orchestre de la Garde républicaine est de qualité.
Quant à Denis Lavant, qui interprète à la fois le rôle du narrateur et des personnages, il emporte totalement l’adhésion. Il met en évidence les subtilités du duel que se livrent Joseph et le Diable, les changements de rythme. Plus l’œuvre avance, plus on est envoûté par sa voix puissante en parfaite harmonie avec la musique de Stravinsky.

 

Bilan
Cet album CD original est accessible à partir de 7-8 ans, mais la présence d’adultes passeurs semble préférable. Les enfants plus âgés, les adolescents en profiteront mieux, et même les adultes : il peut donc réunir toute la famille. Le CD est incontestablement une réussite. Les réserves portent sur l’album : si le choix d’un accompagnement critique au lieu de la reproduction du texte est intéressant et exigeant, celui des illustrations ne l’est guère.

Outre le plaisir d’une découverte familiale, l’ouvrage peut être exploité au collège et même au lycée, dans un cadre disciplinaire ou de préférence transdisciplinaire qu’implique la collaboration entre Ramuz et Stravinsky. L’album offre toutes les pistes de recherche utiles à l’interprétation de cette variante du mythe faustien, réécrit dans un contexte de guerre. La correspondance étroite entre la musique et la mise en voix du texte permet une initiation aux recherches de la musique moderne. Aux plus jeunes peuvent être proposés des travaux d’écoute des instruments, des travaux d’écriture, de mise en voix, de créations plastiques…

 

 

Liens

- L’histoire du soldat sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Histoire_du_soldat_%28Stravinski%29 - Présentation du blog des Sandales d’Empédocle : http://librairiesandales.hautetfort.com/archive/2011/05/16/l-histoire-du-soldat-livres-disques.html

- Présentation sur Enfants à l’écoute : http://enfantsalecoute.blogspirit.com/archive/2011/04/12/un-conte-musical.html

- Présentation de Ricochet : http://www.ricochet-jeunes.org/critiques/livre/42721-l-histoire-du-soldat

- Extraits sur You tube : You tube http://www.youtube.com/watch?v=hzMp0Ghp26k , http://www.youtube.com/watch?v=g0HEWFWBAr8
- Site de Nathalie Novi : http://www.nathalienovi.com/

- Texte intégral : Ramuz, L’Histoire du soldat, La Joie de Lire, 1995, 42 pages :

- Le déserteur et le diable, dans Les contes populaires russes, Afanassiev, tome 1, éditions Imago, 2009 : http://www.gruel-apert.com/-Les-Contes-populaires-russes-d,19-.html

- Œuvres complètes de Ramuz, Editions Slatkine, en cours de parution; 30 volumes prévus d'ici 2013

 

 

   Vous pouvez consulter la sélection de livres CD de l’association Croqu’livre – Centre Régional de ressources en littérature de jeunesse.

Cette liste, plutôt d’une sélection, est une analyse de la production par un groupe lecture qui se réunit régulièrement. Tous les titres sont repris, ceux que l’on aime et les autres…

http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php?rubrique196

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Besoins éducatifs particuliers
  • : Notices bibliographiques, sélection de nouveautés pouvant intéresser tous ceux qui ont en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers : les professionnels de l’éducation, leurs partenaires et/ou les parents.
  • Contact

Recherche

Liens