Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 00:03

 

                             La chemise d'une femme heureuse,

Susie Morgenstern (texte et narration) , Batia Kolton (illustrations), Louis Dunoyer de Segonzac (musique), Rachel Pignot, Julie Victor (chansons), Paul Christian Staïcu, Isabelle Grandet  (piano), Actes Sud, 2011, 48 pages, environ 45 min  

 

 

L’album peut ne pas paraître très séducteur a priori et a l’inconvénient de s’adresser à des enfants déjà assez grands, 8-9 ans, âge auquel les albums attirent souvent moins. Pourtant à la simple lecture, il peut séduire, peut-être davantage encore les filles que les garçons. Et le CD apporte véritablement plus qu’une simple lecture du conte, emportant l’adhésion.

Il s’agit d’une création de Susie Morgenstern qui interprète elle-même ce conte musical particulier.

 

Ce conte humoristique donc, assez long, subtil, d’un langage soutenu, exige une certaine maturité pour en saisir les implications.

La première phrase donne le ton : « Il était une fois, peut-être même plusieurs fois, dans un pays lointain, mais pas si loin que cela, il y a longtemps, ou pas tellement longtemps, un roi qui avait tout pour être heureux. » Il en va de même pour les noms des personnages : le roi Georgieporgie XIII dont le nom est emprunté à une nursery rhyme, la reine Annabellastella, « charme étoilé », Puttershissel le cuisinier, la jeune Manyamimi.

Une seule chose manque au bon roi Georgieporgie pour être heureux : que la reine sorte de son immobilité et de son mutisme, de son apathie, et qu’ainsi ils puissent avoir des enfants à qui transmettre son amour de la vie. Il a beau consulter tous les médecins du royaume, leurs prescriptions – marche, tricot, musique… - échouent lamentablement. C’est le cuisinier qui obtient un résultat : la reine trouve plaisir à casser des œufs. Mais comme elle mange les gâteaux avant même leur cuisson, elle se met à grossir et finit par s’aliter, incapable à nouveau de bouger. Le sage Chaim Yankel propose une solution : lui passer « la chemise d’une femme heureuse ». Contre toute attente, la quête de cette chemise dans ce royaume florissant et en paix est longtemps infructueuse. Les femmes interrogées, de toutes conditions, se révèlent toutes insatisfaites pour des raisons sociales ou privées. In extremis, les soldats découvrent une jeune fille pauvre, Manyamimi, qui vit isolée, que n’assombrit même pas la pensée de la mort. Elle accepte de donner son unique chemise, qui guérit instantanément la reine. Celle-ci peut enfin exprimer son désir : épouser le cuisinier, ce qu’accepte le roi, parce qu’il est veut son bonheur mais aussi parce qu’il est tombé amoureux de Manyamimi. Certes il ne l’épouse pas, mais il la rejoint le plus souvent possible. Tandis qu’Annabellastella met au monde « sept petits choux », le roi voit naître une petite « Simchafreilach ».

 

10 chansons ponctuent l’histoire, dont le texte est reproduit en fin d’album, à l’exception de la « morale » du conte : Le secret du bonheur, qui est insérée dans le récit.

Les chansons : Un jardin ; Aimer la vie ; Aimer l’amour ; Triste le jour et triste la nuit ; La santé ; La pâtisserie ; Pourquoi la reine a-t-elle grossi ? ; A la recherche d’une femme heureuse ; Le secret du bonheur ; L’amour.


La leçon de ce conte anticonformiste est claire : un amour lucide de la vie, par delà les petites ou grandes insatisfactions et frustrations, de la peur de la mort (« […] grâce à la mort, nous connaissons l’urgence de la vie »), une vie fondée sur l’amour. Sans être nommés, les problèmes complexes de la dépression, des troubles de la nourriture sont abordés : pour lutter contre la forme de dépression dont souffre la reine, il faut parvenir à (res)susciter en elle le désir, à changer donc son regard sur la vie (ce que symbolise discrètement le changement de chemise) ; il lui faut dépasser le stade où la nourriture vient combler un manque.
Les qualités d’écriture de Susie Morgenstern, romancière confirmée, contribuent au plaisir du conte et lui permettent d’éviter l’écueil de l’optimisme naïf : jeux de mots (« […] en parfaite santé./
"Santé !" trinqua le roi […] »), répétitions, énumérations (« alphabet (presque complet) » de gâteaux, les malheurs des femmes), comparaisons humoristiques (le roi « fondait comme le fromage d’une fondue suisse » à la pensée de la reine, « des gazons parfaitement manucurés »). La gourmandise des mots appartenant à tous les registres est à la mesure de la gourmandise des gâteaux.

 

Les illustrations

Batia Kolton, directrice artistique multimédia en Israël, représente la nouvelle bande dessinée israélienne. Ses illustrations peuvent dérouter les jeunes lecteurs qui les apprécieront plutôt quand ils auront goûté au plaisir du texte lu ou écouté. Elles sont en effet désuètes, de couleurs pâles (citron vert, ocre pâle, beige rosé notamment) et même ternes, à l’image de la grisaille de la vie de la reine, mais pleines de détails humoristiques, comme le gland du rideau tombant devant l’œil d’un portrait royal, le cimier du roi…. Le dessin tout en finesse est ciselé comme l’écriture.

 

Le CD

Il est en parfaite harmonie avec l’album. Le petit accent de Susie Morgenstern, sa façon de mettre en valeur chaque mot  en y prenant manifestement un plaisir extrême transmettent efficacement la leçon d’amour de la vie dont participe l’amour des histoires et de la lecture. La musique que Louis Dunoyer de Segonzac a créée pour le prélude et les 10 chansons, tantôt classique, tantôt jazzy, se marie bien avec le charme à la fois désuet, léger et malicieux du conte. L’interprétation des chansons par Julie Victor, et surtout celle, pleine de virtuosité, du pianiste Paul Christian Staïcu, d’un optimisme sans faille, incitent aussi à prolonger la découverte de l’instrument et de ses ressources.

 

Bilan

Cet album-CD original peut aider des enfants peu lecteurs, nouveaux arrivants  ou empêchés de lire (maladie, certaines situations de handicap) à profiter du plaisir de la lecture. On peut se l’approprier en famille ou individuellement. On peut aussi l’explorer à l’école, dans une approche disciplinaire ou transdisciplinaire : écriture du conte, exploration thématique, exercices de mise en voix, découverte du jazz…

 

Liens

- Présentation :

http://www.decitre.fr/livres/La-chemise-d-une-femme-heureuse.aspx/9782330001902
- Présentation de Ricochet : http://www.ricochet-jeunes.org/livres/livre/44204-la-chemise-d-une-femme-heureuse

- Extrait sur Le printemps du livre : http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr/susie-morgenstern/

- Site de Susie Morgenstern : http://susie.morgenstern.free.fr/siteweb/

- Présentation de Louis Dunoyer de Segonzac : http://www.sdrm.fr/la_sdrm/bio_l_dunoyer_de_segonzac.htm 

 

 

 

 

Vous pouvez consulter la sélection de livres CD de l’association Croqu’livre – Centre Régional de ressources en littérature de jeunesse.

Cette liste, plutôt d’une sélection, est une analyse de la production par un groupe lecture qui se réunit régulièrement. Tous les titres sont repris, ceux que l’on aime et les autres…

http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php?rubrique196

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Besoins éducatifs particuliers
  • : Notices bibliographiques, sélection de nouveautés pouvant intéresser tous ceux qui ont en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers : les professionnels de l’éducation, leurs partenaires et/ou les parents.
  • Contact

Recherche

Liens