Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:28

 

   

 

L’ouvrage repose sur un spectacle. Il s’agit d’un conte musical pour récitant et orchestre, très original, complètement loufoque, qui implique la complémentarité entre l’album et le CD, puisque l’orchestre - instruments et musiciens - , est au centre de l’intrigue.

 

Le conte commence en pleine action. Dans un royaume d’opérette, la reine est en train d’accoucher. Le « grand chancelier Dézékerr », qui dirige le royaume et son orchestre, inscrivant tout, notamment « les choses vraiment bizarres […] dans le grand livre des Extravagances », fait jouer « une musique d’accouchement ». Lorsque le bébé – Kofoni – pousse vigoureusement son premier cri, « pas convenable » !, le Chancelier hurle : « Silence ». Depuis, Kofoni est muette. Ses seules amies sont les ânesses Elise et Liza, avec leurs concerts de « bruits étranges ».

Lorsque Wuturi, le joueur de tuba qui aime la princesse et veut devenir roi, vient sous sa fenêtre, Kofoni se penche, tombe dans le tuba, qui l’avale. Rebondissant d’une paroi à l’autre de l’instrument, Kofoni émet un « gazouillis » que répercute progressivement tout l’orchestre.

Wuturi est emprisonné ; Dézékerr part avec les deux ânesses chercher la princesse au-delà de la frontière qui a « peur de tout » et se dérobe. Encore quelques péripéties jusqu’à ce que du piccolo jaillissent Dézékerr et les ânesses qu’avait avalés par la frontière. L’orchestre se révolte contre le Chancelier, et Kofoni, réapparue par surprise, se met à diriger l’orchestre, ne faisant plus qu’un avec lui.

Aucune leçon morale dans ce conte ; seulement un hymne à la musique, à la liberté et à la vie.

 

L’album présente cette histoire extravagante en 13 brefs chapitres : Attente ; Naissance ; Kofoni silencieuse ; Chute de la princesse ; Wuturi ; Gazouillis ; Royales ânesses ; Les gardes-frontières ; Kofoni borde l’orchestre ; Pluie de cordes ; Le rhume du piccolo ; La bête ; Kofoni retrouvée.

Un regret cependant : les courts alinéas qui les composent, l’absence de renvois au plages du CD, n’aident pas à suivre le conte, du moins à la première écoute, malgré les repères que constituent les caractères gras, les majuscules aux moments-clés.

Les iIllustrations sont en harmonie avec l’humour déjanté du texte : géométriques, colorées (le jaune domine), elles dansent dans la page : lignes courbes pour Kofoni et Wuturi, lignes droites pour Dézékerr.

 

Le CD comprend 11 plages, qui ne correspondent pas exactement aux chapitres : Attente ; Naissance ; Frottent pincent frappent ; Une princesse dans un tuba ; Gazouillis ; Les ânesses et les gardes-frontières ; Une ombre dans l’orchestre ; Attrapez la frontière ! ; Le rhume du piccolo ; Un orchestre qui se fâche ; Czardas final.

L’interprétation de Dominique Reymond est excellente : elle fait vivre chaque personnage, rend les atmosphères différentes (douceur de la nuit de Kofoni auprès des instruments, joie débridée avec les ânesses, harmonie de la scène finale…), variant rythmes et intensité sonore.

Elle utilise sa voix comme un véritable instrument, au même titre que tous les familles d’instruments qui composent l’orchestre : bois avec flûte ou piccolo, hautbois, cor anglais, clarinette, clarinette basse, basson et contrebasson, cuivres avec deux cors, trompette, trombone et tuba, timbales et percussions, harpe et cordes.
En accord avec la couleur propre à chaque péripétie et au caractère des personnages, le conte offre une initiation ludique à une grande variété de formes et de styles musicaux : récitatif, scherzo, fugue, choral, tango, habanera, czardas etc. Quelques airs connus – de la Pastorale de Beethoven, de la Symphonie fantastique de Berlioz - se glissent au milieu des compositions les plus modernes. Rien de convenu, de quoi lever les préventions et les appréhensions : les enfants ne doivent pas s’ennuyer, tout en ayant le loisir de se familiariser véritablement avec la musique.

 

 

Conclusion

Cet album-CD peut être recommandé, aux parents, aux médiathèques, aux responsables d’ateliers musicaux, aux enseignants. A l’école, il se prête à une exploitation pluridisciplinaire et/ou transdisciplinaire : recherches sur le conte, le langage (le « travail » de l’accouchement, « Il pleut des cordes ») sur le sens symbolique des personnages et des objets (le tuba « soleil »), sur les instruments, les formes musicales, les « citations » classiques… Il invite les enfants à créer à leur tour.

 

Liens

-Présentation de l’éditeur le chant du monde (accès à 2 extraits musicaux) : http://www.chantdumonde.com/fr/label/fiche_album.php?album_id=471

- Présentation des éditions Tsipka dripka : http://www.tsipkadripka.eu/oeuvre.php?id=14

- Présentation de l’illustrateur sur Ricochet : http://www.ricochet-jeunes.org/illustrateurs/initiale/B/auteur/8152-julien-billaudeau

- Blog de l'illustrateur :  http://julienbillaudeau.blogspot.com/

 

 

 



   

La princesse Kofoni

 

Marc-Olivier Dupin (musique), Ivan Grinberg (livret), Marc-Olivier Dupin (musique), Julien Billaudeau (illustrations), Orchestre national d'Ile de France, Dominique Reymond (narration), Orchestre national de France / Le chant du monde, 2010, 36 pages, 50 min. 

 

 

Vous pouvez consulter la sélection de livres CD de l’association Croqu'livre - Centre Régional de ressources en littérature de jeunesse.

Cette liste, plutôt qu'une sélection, est une analyse de la production par un groupe lecture qui se réunit régulièrement. Tous les titres sont repris ici, ceux que l'on aime et les autres...

http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php?rubrique196

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Besoins éducatifs particuliers
  • : Notices bibliographiques, sélection de nouveautés pouvant intéresser tous ceux qui ont en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers : les professionnels de l’éducation, leurs partenaires et/ou les parents.
  • Contact

Recherche

Liens